congrégation


congrégation

congrégation [ kɔ̃gregasjɔ̃ ] n. f.
• av. 1622; « réunion » XIIe; lat. congregatio, rac. grex « troupeau »
1Compagnie de prêtres, de religieux, de religieuses. communauté, ordre. La congrégation de l'Oratoire. La loi sur les congrégations (1901).Par anal. Confrérie de dévotion, mise sous l'invocation de la Vierge, d'un saint.
2À la cour de Rome, Comité de cardinaux, d'ecclésiastiques, chargé d'examiner certaines affaires. Congrégation de l'Index, de la Propagande, des Rites. Congrégation de l'Inquisition. saint-office.
3(1801) Paroisse protestante.

congrégation nom féminin (latin congregatio, -onis, réunion) Association de fidèles ou de prêtres, formée dans un but de piété ou de charité, sous l'invocation d'un saint. Nom que l'on donne en général à l'ensemble des ordres et instituts religieux. Depuis le Code de droit canonique de 1917, association religieuse dont les membres font des vœux simples ou ne sont liés que par une promesse d'obéissance. Fédération de monastères autonomes appartenant à la même règle, et réunis sous un même supérieur. Communauté locale, ou paroisse, dans certaines Églises protestantes. ● congrégation (difficultés) nom féminin (latin congregatio, -onis, réunion) Orthographe Les dérivés de congrégation n'ont qu'un n : congrégationalisme, congrégationaliste.congrégation (expressions) nom féminin (latin congregatio, -onis, réunion) Congrégations romaines, nom donné à certains organismes administratifs de la curie romaine.

congrégation
n. f.
d1./d Au Vatican, chacune des organisations d'ecclésiastiques qui, placées sous l'autorité du pape, règlent l'administration de l'église. Congrégation pour le clergé, pour l'évangélisation des peuples.
d2./d Dans l'église protestante, organisation ecclésiastique.
d3./d Groupement de prêtres, de religieux, de religieuses.
d4./d (Madag.) Anc. Structure d'accueil servant d'intermédiaire entre les nouveaux immigrés et l'Administration.
Mod. Communauté. La congrégation chinoise.

⇒CONGRÉGATION, subst. fém.
A.— Réunion, rassemblement d'un grand nombre de personnes. L'Assemblée Constituante (...) la plus illustre congrégation populaire qui ait jamais paru chez les nations (CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 224).
P. métaph. Sansonnets, tantôt perchés, tantôt bruissant des ailes, congrégation des airs (BARRÈS, La Colline inspirée, 1913, p. 216).
[Par calque étymol. du lat. de la Vulgate (Genèse, I, 10)] Cette congrégation des eaux, qui est Marie (CLAUDEL, Un Poète regarde la Croix, 1938, p. 268).
B.— RELIGION
1. Domaine de la vie relig.
a) Vieilli. Assemblée des fidèles. Les congrégations d'Israël (SAINT-MARTIN, L'Homme de désir, 1790, p. 39). L'Église chrétienne (...) adaptant intérieurement à la congrégation humaine ses avenues et son chœur (CLAUDEL, Art poétique, 1907, p. 207).
b) Usuel
Association de religieux, réguliers ou séculiers, ou de religieuses, liés par les vœux simples ou par une promesse d'obéissance. Congrégation de l'Oratoire, du Saint-Esprit.
Groupement de moines qui, à l'intérieur d'un ordre religieux, relèvent d'une obédience particulière. Congrégation de France, de Saint-Maur :
1. ... nous vous recevons dans notre société de fraternité, vous donnant part à toutes les bonnes œuvres qui se font avec le secours du Saint-Esprit dans la congrégation de France de l'ordre de Saint Benoît.
HUYSMANS, L'Oblat, t. 2, 1903, p. 36.
SYNT. Congrégation enseignante, hospitalière, religieuse; autorisée, non-autorisée; loi sur les congrégations; appartenir à une congrégation.
Rem. Fréquemment empl. au plur., surtout dans le vocab. pol. des années 1900, désigne toute association de religieux ou de religieuses :
2. M. Worms-Clavelin disait encore :
— La république ne fait pas une guerre systématique aux curés. Et, si les congrégations s'étaient soumises à la loi, bien des contrariétés leur eussent été évitées. Et M. Guitrel protestait :
— Il y a une question de droit. Je l'eusse tranchée en faveur des congrégations. Il y a aussi une question de fait. Les congrégations faisaient beaucoup de bien.
A. FRANCE, L'Orme du mail, 1897, p. 36.
Confrérie de laïques qui s'exercent à la piété et à la charité. Congrégation de la Vierge, des Enfants de Marie :
3. ... les saintes reliques descendues et promenées autour de la ville, précédées de la longue procession des divers ordres religieux, confréries, corps de métiers, congrégations de pénitents, théories de femmes voilées, écoliers de l'université, desservants des hospices, soldats sans armes ou les piques renversées; ...
CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 63.
Spéc., HIST. ECCL., en emploi abs., au sing., vx. La Congrégation. Sous la Restauration, association religieuse importante et en partie secrète, à laquelle on prêta des menées subversives. Ce jeune vicaire (...) qui passait pour être l'espion de la Congrégation (STENDHAL, Le Rouge et le Noir, 1830, p. 23).
c) P. anal. Petit groupe restreint ou fermé, ayant souvent un esprit de chapelle ou d'intrigue. L'heure où commençait à paraître l'Encyclopédie, où la congrégation des philosophes allait régner sans partage (SAINTE-BEUVE, Causeries du lundi, t. 8, 1851-62, p. 275). Il (...) se tint à l'écart, pur de toute congrégation et de toute intrigue (SAINTE-BEUVE, Portraits contemporains, t. 1, 1846-69, p. 404). La porcine congrégation des sycophantes de la libre pensée (BLOY, Le Désespéré, 1886, p. 55). Les petites congrégations flottantes de la pensée dite libre ou autonome (MAURRAS, L'Avenir de l'intelligence, 1905, p. 84) :
4. Il [Claude Frollo] avait pris place tour à tour (...) aux conférences des théologiens en Sorbonne, aux assemblées des artiens à l'image Saint-Hilaire, aux disputes des décrétistes à l'image Saint-Martin, aux congrégations des médecins au bénitier de Notre-Dame, ...
HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 188.
2. Domaine de l'admin. eccl.
a) Commission de la Curie romaine, chargée de questions relatives à l'administration de l'Église catholique. Un règlement de la sacrée congrégation des rites est intervenu pour proscrire les sabbats musicaux dans les lieux saints (HUYSMANS, En route, t. 2, 1895, p. 227).
b) Division ecclésiastique dans certaines églises protestantes.
SYNT. Congrégation de l'Index (vieilli), des évêques, de la Propagande, des rites; congrégation romaine, sacrée congrégation.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1120 congregatiun « rassemblement, assemblée » (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, ps. 61, v. 8) — 1611, COTGR.; 2. av. 1622 « communauté religieuse » (FR. DE SALES, Lettres, 1004 [XVI, 237] ds HUG., s.v. urseline); 3. av. 1630 « commission de cardinaux » (D'AUBIGNÉ, Mémoires, CXXIX ds GDF. Compl. [1542, date de la fondation de la Congrégation de l'Inquisition]); 4. a) 1680 « association de laïques » (RICH.); b) 1827 pol. la Congrégation fondée en 1814 (FONGERAY, Les Soirées de Neuilly, p. 251); 5. 1801 religion protestante « (aux USA) assemblée de fidèles, paroisse » (CRÈVECŒUR, Voyage dans la Haute Pensylvanie, t. 2, p. 346). Empr. au lat. congregatio « réunion, assemblée », spéc. « communauté religieuse » en lat. médiév. (546 ds NIERM.). Sens 5 empr. à l'angl. congregation « id. » (XVIe s. ds NED). Fréq. abs. littér. :416. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 657, b) 285; XXe s. : a) 1 130, b) 374.
DÉR. Congrégation(n)iste,(Congrégationiste, Congrégationniste) subst. Membre de la Congrégation. L'abbé du Saillard, grand congrégationniste chargé de surveiller les curés du voisinage (STENDHAL, Lamiel, 1842, p. 25). Attesté ds Lar. 19e Suppl. 1878, Nouv. Lar. ill., Lar. 20e et QUILLET 1965, avec le sens de « partisan des congrégations religieuses ». 1re attest. 1842 (STENDHAL, loc. cit.); de congrégation, suff. -iste. Fréq. abs. littér. : 1.

congrégation [kɔ̃gʀegɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. Av. 1622; « réunion », v. 1120, congregatiun; lat. congregatio, de grex, gregis « troupeau ».
1 Compagnie de prêtres, de religieux, de religieuses. Communauté, ordre. || La congrégation de l'Oratoire. || La loi de 1901 sur les congrégations. || D'une congrégation. Congréganiste. || Les lazaristes de la congrégation de la Mission. || Congrégation enseignante des maristes. || Noviciat dans une congrégation. Alumnat.
1 Toute congrégation religieuse peut obtenir la reconnaissance légale par décret rendu sur avis conforme du Conseil d'État (…)
Loi du 8 avr. 1942 modifiant l'art. 13 de la loi du 1er juil. 1901.
(1680). Confrérie de dévotion, mise sous l'invocation de la Vierge, d'un saint. || Congrégation des Enfants de Marie.
Vx. Assemblée des fidèles.
2 (1630). À la cour de Rome, Comité de cardinaux, d'ecclésiastiques, chargé d'examiner certaines affaires. || La congrégation de l'Index, des Rites.
Congrégation de l'Inquisition. Saint-office.
3 (1801). Organisation ecclésiastique au sein du protestantisme.
4 Assemblée (de laïcs) généralement restreinte, où l'on intrigue.Fig. et plais. Assemblée. Réunion, société.
2 Là-bas, des congrégations de corbeaux déterrent du bec des semences d'automne.
J. Renard, Histoires naturelles p. 120.
REM. Le mot est attiré ici par corbeau (fig.) « ecclésiastique ».
3 Cet Institut national était et allait longtemps rester une sorte de haute congrégation laïque, une sorte de conservatoire de la Philosophie du siècle, une Église un peu composite où se pressaient pêle-mêle les disciples de Montesquieu, de Voltaire, de Rousseau, de Diderot, d'Holbach (…)
Louis Madelin, l'Ascension de Bonaparte, XV, p. 217.
DÉR. Congréganiste.

Encyclopédie Universelle. 2012.